__Les formes volcaniques

__

1- Classification des volcans par type d'activité :

De la lave la plus fluide (et basique) aux projections les plus solides et acides.

Type hawaïen : épanchements de laves très fluides basaltiques



Type strombolien : le cratère contient de la lave fluide mais le volcan peut projeter des scories grossières qui forment un cône entrecoupé par des effusions de laves.


''Ces deux types de volcans sont des volcans fluidaux. Ils s'opposent aux deux suivants : volcans explosifs''
.
Type vulcanien : lave moins fluide qui se solidifie souvent dans la cheminée. Plus explosif, le cratère évacue des scories fines qui forment le cône ainsi que des cendres plus loin. Les laves sont plutôt des rhyolites.
Type peléen : laves très visqueuses (rhyolites, domites, dacites). Eruptions rares mais explosives avec nuées ardentes, formation d'aiguilles de laves rapidement érodées. Formes en dômes.

Dernier venu :

Type plinien : C’est le type le plus violent de tous, la lave n’est propulsée que sous la forme de cendres fines. Le panache de cendre peut se déposer très loin du point d’émission. L’éruption du Vésuve (79 par. J.-C.) en est un exemple flagrant. Le magma de ce type de volcans est le plus visqueux de tous et il contient le plus de gaz. Par contre la température du magma est la plus faible (environ 900°C). L’indice d’explosivité est le plus grand de toutes les éruptions. (ci-dessous)

Les éruptions peuvent passer sur un même site du fluide à l'explosif et vice-versa au cours de l'évolution du volcan.
2- Classification des volcans par position par rapport aux plaques

on peut distinguer :

- A - Les volcans d'arc insulaire

Une plaque océanique glisse sous une autre plaque océanique : phénomène de subduction (ex. : les volcans d'Alaska, du Japon et d'Indonésie)

- B - Les volcans de point chaud

Contrairement aux autres types d'activité volcaniques qui se trouvent à la frontière entre 2 plaques, il existe un volcanisme où la remontée de magma semble fixe par rapport à la plaque qui la surplombe. Ce phénomène est appelé "point chaud" ou "Hot Spot" (ex. : les volcans d'Hawaii).

- C - Les volcans de dorsale océanique

Deux plaques océaniques s'éloignent l'une de l'autre (ex. : les volcans d'Islande).

- D - Les volcans de marge continentale active

Une plaque océanique glisse sous une plaque continentale : phénomène de subduction (ex. : les volcans d'Amérique du Nord et ceux des Andes)

- E - Les volcans du rift continental

Deux plaques continentales s'éloignent l'une de l'autre (ex. : les volcans d'Afrique de l'Est)

3- Les reliefs volcaniques

Le cône volcanique simple :

constitué de scories de tailles diverses : cendres, lapilli (pierres de 1mm à 10 cm), blocs (plus de 10 cm).

À son sommet se trouve un cratère.

Le cône peut être égueulé quand une coulée de lave a fonctionné pendant toute l'éruption.

La coulée de lave

Le Pahoehoe (prononcer pa oua oua) dont l'aspect rappelle la peau d'un éléphant ou peut présenter des tresses (lave cordée). La surface est assez lisse (lave basique)

(progression d'un pahoehoe)

L'Aa. Lave acide. Coulée rugueuse appelée cheire en Auvergne. (ci-dessous : coulée aa)

Le dôme de lave

(Ci-dessous : dôme de lave acide)

4- Évolution des reliefs volcaniques

Plus les scories sont fines et moins elles résistent à l'érosion.

En revanche, les coulées résistent mieux. Leur érosion peut aboutir à des inversions de relief : la coulée peut alors devenir une mesa (table en espagnol)(ci-dessous).

Quand la coulée correspond à un grand plan triangulaire dont la pointe est dirigée vers l'amont, on parle de planèze (ci-dessous : rebord de planèze).

Remarquez sur ce rebord de planèze l'érosion en prismes de la coulée de lave : on parle d'orgues basaltiques.

On est alors le plus souvent en présence d'un stratovolcan comme le Cantal ou l'Etna.

Par déchaussement (érosion des roches encaissantes et scories), des laves souterraines peuvent se retrouver à la surface :

Le culot (d'extrusion volcanique) ou neck est une cheminée dégagée par érosion différentielle (il peut être constitué de lave ou de débris retombés dans l'ancien cratère au moment de l'éruption) .

Le dyke est un mur de lave déchaussé qui est le moulage d'une ancienne cassure.

Un cratère peut être occupé par un lac : c'est alors un maar :

Les effondrements sont fréquents. Ils donnent alors naissance à une caldeira.

C’est une sorte de grand cratère causé soit par l’effondrement d’une partie du cône volcanique ou par l’explosion du cône lors d’une éruption.