Petit clin d'oeil à deux élèves de la classe ... Là où le système de santé marocain est sensé occuper la 29 ème place mondiale selon le rapport OMS sur l'efficacité des systèmes (publié en 2000), celui des États-Unis pointe piteusement à la ... 37ème place !!! Soit derrière le Costa Rica !!!

Une comparaison des espérances de vie aux EU et dans les pays de l'OCDE suffirait à prouver l'inanité de la sentence de Rudy Giuliani ...

Avec la réforme actuelle on est loin de la déclaration : “L'assurance maladie complète est une idée dont l'heure est venue en Amérique. C'est maintenant qu'il faut agir pour garantir à tous les Américains l'accès à des soins de haute qualité.” Richard Nixon 1974 ! Seuls 31 millions de personnes supplémentaires seront couvertes (sur les 45.7 millions qui n'ont encore aucune couverture).

Mais c'est surtout le coût de la santé qui pose problème : entre 15.3% du PIB et 16% selon les estimations. Or, si on ne fait rien, les dépenses vont continuer à déraper puisqu'il était prévu qu'elles atteignent 25% du PIB en 2025 !!!

Dans sa dernière version, la loi doit coûter 940 Milliards de $ sur 10 ans mais surtout prévoit une maîtrise des coûts de la santé d'ici 2020. Car pour le moment, les assurés paient au final (sans s'en rendre compte) pour les non-assurés qui finissent un jour ou l'autre par échouer aux Urgences (ce qui coûte beaucoup plus cher). La réforme Obama vise donc à rompre ce cercle vicieux. Le coût est caché et la plupart des Américains ne s'en rendent même pas compte.

Le plus croquignolet vient de ce que les Américains sont opposés en majorité à la réforme : ils considèrent que cela créerait un "système à la française" (ce qui est la pire des insultes assimilable à un système communiste !!!). Regardez un jour Fox TV : vous passerez un bon moment de rire jaune et verrez en quelle estime ils nous tiennent ! Reprenez maintenant le premier tableau et le classement des systèmes de santé effectué par l'OMS et vous rirez encore davantage de la c....... de ces bons beaufs de base qui, en fait, ne veulent pas du système jugé le plus efficace au monde !!!

Malgré tout, quand on détaille les articles de la loi, les Américains sont, pour chaque article, majoritairement favorables ! Mais opposés pour le tout ... C'est à désespérer ...

Dernière information : le système de tarification US est aberrant puisque les prix varient selon les assureurs et même selon le programme lorsqu'il s'agit des interventions publiques. Medicare est géré par l'État fédéral qui dépense un peu plus que Medicaid (pour les démunis), géré par les État fédérés et qui font pression pour baisser les prix des médicaments et la tarification des actes médicaux. Au passage, cette pression pour diminuer les coûts pousse de plus en plus de médecins à refuser de soigner les plus pauvres ... Un réflexe qu'on retrouve d'ailleurs en France avec la CMU ...

La réduction des coûts pourrait donc venir de l'élargissement de l'aire d'intervention de la puissance publique. Pourtant, encore une fois, les "conservateurs de mouvement" (comme ils aiment à s'appeler) n'en sont pas à une contradiction près puisque le numéro 2 des Républicains au Sénat ne voit dans la réforme Obama qu'un puits sans fond pour de nouvelles dépenses : "À chaque fois qu'une nouvelle version du plan de réforme de santé des démocrates est publiée, le prix augmente. La seule chose qui ne change pas, c'est que les Américains vont être dans le pétrin pour payer". On croit rêver (je vous rappelle que si rien n'est fait, les dépenses vont déraper à un quart du PIB !) ... Une telle mauvaise foi est, hélas, communicative. N'oubliez pas le pouvoir prescripteur des medias (pouvoir dont parle Krugman dans A new New Deal) qui ne cessent (autour de Fox et du Wall Street Journal) d'animer les Tea Parties de con-servateurs de tous poils ...

Bonne chance à Barack Obama !!! Et bon vote !

Breaking News : il reste quand même des hommes politiques intelligents aux États-Unis. Tous les Républicains ne sont pas des doctrinaires décérébrés. Le représentant républicain Dennis Kucinich, de l'Ohio, vient en effet d'annoncer qu'il voterait pour la réforme ! Venant d'un député de l'un des États les plus touchés par la crise, cela paraît normal. Mais dans l'atmosphère actuelle, de débordements médiatiques qui ne font plus appel qu'à l'affect et oublient tout raisonnement, il fallait tirer son chapeau à un homme politique qui continue de réfléchir. Tout n'est donc pas désespérant aux États-Unis !

BREAKING NEWS 2 : La réforme est passée en fin de journée avec une majorité de 219 voix contre 212. Cette fois, Obama va enfin pouvoir se concentrer sur les problèmes de politique internationale. Bon courage !