Que la plupart des soutiens à la Chine soient des régimes peu démocratiques n'est pas une surprise en soi. Mais un autre phénomène vient expliquer en partie ces réactions : la diplomatie du carnet de chèques commence en effet à porter ses fruits.

Il y a quinze jours la Russie et la Chine ont signé des contrats pour 8.5 milliards de dollars.

Nous avons vu en cours les liens qui unissent la Chine à l'Iran, à l'Arabie saoudite ou au Pakistan (pensez à Gwadar pour ce dernier et à la fourniture de pétrole pour les deux autres).

Les pays du Maghreb sont aussi devenus une terre de contrats d'équipements assurés par les entreprises chinoises ...

Finalement, l'Ukraine et les Philippines, qui avaient annoncé leur absence, ont fini par changer d'avis et par être représentés à la remise du Prix Nobel.

Plus intéressante est la présence des pays voisins comme la Corée du Sud et le Japon qui s'affirment face à Pékin. Ou encore Inde, Indonésie, Brésil et Afrique du Sud, pays émergents qui tentent de s'affirmer sur la scène internationale. N'oubliez pas que l'Inde, parmi ces pays, est la seule vraie grande puissance selon des critères à la fois géoéconomiques et géostratégiques.

"Un bras de fer de titans" ! 1,355 milliard d'habitants d'un côté. 4,8 millions de l'autre ! La Norvège n'a pas besoin de la Chine ...