670 km. 3 jours et quelques heures. Mais plein de souvenirs

Mais il faut dire que le but valait plus que le détour ...

À Saulieu, après l'effort, il est en effet très facile de trouver le réconfort ...

En fait, quand on va dans le Morvan ...

on découvre le pays des arbres de Noël. Des hectares et des hectares de plantations de sapins qui seront récoltés à l'automne.

Une invitation manifeste à se faire un cadeau inoubliable. Surtout après les quelques pépins de santé que j'ai traversés l'année passée !

Cadeau plus explicite sur la carte ...

Carte qui nous amène ici :

La chambre où je me change est cosy, discrète et sympathique.

Les noix sont gentiment offertes pour patienter.

Puis vient le passage à table (eau pour le cycliste : la moindre goutte d'alcool serait très préjudiciable à la suite de mon périple ...)

Je glisse sur le repas lui-même : en produire des photos serait essayer de traduire l'ineffable par des moyens trop grossiers.

On passe alors au jardin pour la promenade digestive. Des essences rares. Un jardin à taille humaine, calme et délicatement odorant.

Puis farniente au bord de la piscine ...

Billard trois bandes pour terminer ?

Finalement les 120 km de l'après-midi sont passés comme dans un rêve. On se sent bien après un déjeuner gastronomique !

Hélas, le dernier bulletin météo entendu m'a fait rebrousser chemin ... La pluie et les orages sont annoncés au Sud. Décision est prise : fin du périple Nord-Sud dans l'Est du massif central. Je ne dormirai pas à Beaune ce soir et à Saint-Galmier demain.

Je rebrousse chemin sans oublier toutefois de faire des détours pour ne rien rater des beautés architecturales locales.

Vraiment : une petite promenade inoubliable. Le lendemain : Auxerre-Paris. 230 km. Même la dernière crevaison, en rentrant dans la banlieue parisienne n'entamera pas mon optimisme et mon bonheur !